Si vous lisez cet article très probablement vous avez été affecté par la situation du virus corona. Lisez attentivement l’article entier si vous êtes employé ou si vous avez été employé et vous venez de perdre votre emploi en raison de la pandémie.

Rester à la maison

Si vous avez des symptômes d’infection par le coronavirus (COVID-19), si doux soit-il, restez à la maison et ne quittez pas votre maison pendant 7 jours à partir du moment où vos symptômes ont commencé.

Si vous vivez avec d’autres personnes et que vous êtes le premier dans le ménage à avoir des symptômes de coronavirus, alors vous devez rester à la maison pendant 7 jours, mais tous les autres membres du ménage qui restent bien doivent rester à la maison et ne pas quitter la maison pendant 14 jours. La période de 14 jours commence à partir du jour où la première personne dans la maison est tombée malade.

Indemnité de maladie

Vous pouvez obtenir 94,25 euros par semaine Indemnité de maladie légale(SSP)si vous êtes trop malade pour travailler. Il est payé par votre employeur pour une moyenne de 28 semaines.

Si vous restez à la maison en raison de COVID-19, vous pouvez maintenant réclamer SSP. Cela comprend les personnes qui s’occupent de personnes dans le même ménage et qui ont donc été avisées de faire une quarantaine de ménages.

Pour vérifier votre droit à une indemnité de maladie, vous devriez consulter votre employeur et consulter la page de la rémunération légale pour maladie(SSP) pour obtenir de plus amples renseignements.

Date de début du SSP

Nous légiférons pour que le SSP soit payé dès le jour 1, plutôt que le jour 4, de votre absence au travail si vous êtes absent du travail en raison de la maladie ou avez besoin de rester à la maison en raison de COVID-19. Une fois la loi adoptée, celle-ci s’appliquera rétrospectivement à partir du 13 mars. Vous devriez parler à votre employeur si vous êtes admissible au SSP et si vous devez faire une demande.

Preuve de maladie

Si vous avez COVID-19 ou si vous êtes conseillé de rester à la maison, vous pouvez obtenir une « note d’isolement » en visitant LE NHS 111 en ligne,plutôt que de consulter un médecin. Pour les cas COVID-19, cela remplace la nécessité habituelle de fournir une « note d’ajustement » (parfois appelée « note de maladie ») après 7 jours d’absence de maladie.

Les notes d’isolement seront également acceptées par Jobcentre Plus comme preuve de votre incapacité à y assister.

Si vous êtes travailleur autonome ou non admissible au SSP

Si vous n’êtes pas admissible à SSP , par exemple, si vous êtes travailleur autonome ou que vous gagnez en dessous de la limite de rémunération inférieure de 118 euros par semaine, et que vous COVID-19 ou sont invités à rester à la maison, vous pouvez maintenant plus facilement faire une réclamation pour Crédit universel ou nouveau style Allocation d’emploi et de soutien.

Si vous êtes admissible à une nouvelle allocation d’emploi et de soutien de style, elle sera maintenant payable dès le premier jour de maladie, plutôt que le jour 8, si vous avez COVID-19 ou si vous êtes conseillé de rester à la maison.

Travailleurs à lar8e

Si votre employeur ne peut pas couvrir les frais de personnel dus à COVID-19,il peut être en mesure d’accéder à un soutien pour continuer à payer une partie de votre salaire,afin d’éviter les licenciements.

Si votre employeur a l’intention d’accéder au régime de rétention d’emploi Coronavirus, il discutera avec vous de devenir classé comme un travailleur congédié. Cela signifierait que vous êtes maintenu sur la liste de paie de votre employeur, plutôt que d’être mis à pied.

Pour être admissible à ce régime, vous ne devriez pas entreprendre de travail pour eux pendant que vous êtes congédié. Cela permettra à votre employeur de demander une subvention pouvant aller jusqu’à 80 de votre salaire pour tous les frais d’emploi, jusqu’à un plafond de 2 500 euros par mois.

Vous resterez employé pendant que vous avez ri. Votre employeur pourrait choisir de financer les différences entre ce paiement et votre salaire, mais n’a pas à le faire.

Si votre salaire est réduit à la suite de ces changements, vous pourriez être admissible à un soutien par l’entremise du système d’aide sociale,y compris le crédit universel.

Nous avons l’intention que le système de rétention d’emplois coronavirus se déroule pendant au moins 3 mois à partir du 1er mars 2020, mais nous le prolongerons si nécessaire.

Réclamer des prestations

Que vous soyez actuellement au travail ou en dehors du travail, si vous êtes à faible revenu et affecté par les impacts économiques de COVID-19,vous serez en mesure d’accéder à toute la gamme du système d’aide sociale, y compris le crédit universel.

A partir du 6 avril, nous augmentons l’allocation standard dans le crédit universel et l’élément de base du crédit d’impôt pour le travail pour un an. Les deux augmenteront de 20 euros par semaine en plus de la hausse annuelle prévue. Cela s’appliquera à tous les nouveaux demandeurs de crédit universel et existants ainsi qu’aux demandeurs actuels du crédit d’impôt pour le travail.

Si vous avez COVID-19 ou si vous restez à la maison

Vous êtes maintenant en mesure de demander le crédit universel, et si nécessaire peut accéder à des paiements anticipés à l’avance sans avoir besoin d’assister à un centre d’emploi.

Si vous êtes travailleur autonome

Vous êtes en mesure de demander le crédit universel, à condition que vous répondiez aux critères d’admissibilité habituels.

Pour vous soutenir avec l’impact économique de l’épidémie, et vous permettre de suivre les directives du gouvernement sur l’auto-isolement et la distanciation sociale, les exigences de l’étage du revenu minimum seront temporairement assouplies. Ce changement s’appliquera à tous les demandeurs de crédit universel et durera toute la durée de l’éclosion.

Les nouveaux prestataires n’auront pas besoin de se rendre au centre d’emploi pour faire preuve d’un travail indépendant rémunérateur.

Soutien aux frais de loyer

Vous devriez vérifier votre admissibilité au crédit universel, qui est disponible pour les personnes au travail et en dehors. Le soutien aux frais de location sera versé par l’intermédiaire du crédit universel.

À partir d’avril, nous augmentons les taux d’allocations locales de logement au 30e percentile des loyers du marché. Cela s’applique à tous les locataires privés qui sont des demandeurs d’un logement de crédit universel nouveau ou existant et aux demandeurs existants de prestations de logement.