La historia de Londres
EPSON scanner image

Justement ces deux populations avec leurs continuelles attaques aux troupes romaines affectées dans la ville contraignèrent l’Empereur Romain à abbandoner l’île, en ouvrant le chapitre de l’histoire anglosaxone de cette ville, qui dura jusqu’en 1066 après J-C. Durant cette période les anglosaxons confirmèrent la vocation commerciale de Londres en augmentant le prestige et la richesse de la ville. En 604 après J-C ils commencent la construction de la cathédrale saint Paul, sur les cendres du temple d’Apollon construit pas les romains. Ces années là ils construisent Thorney Island, un long site, les berges de la Tamise qui rentrera dans l’histoire comme le palais de Westminster aujourd’hui siège du parlement britannique.

Mais c’est avec la conquète des Normands par Guglielmo il Bastardo, qui en 1066 se fait couronner comme le conquérant ainsi que Roi d’Angleterre à l’intérieur de l’abbaye de Westminster (cérémonie ensuite adoptée par tous les autres Roi d’Angleterre) que Londres s’affirme comme une ville autonome et politiquement indépendante. Durant de telles années William le conquérant réalise la Tour de Londres et la White Tower, résidence des Réels d’Angleterre et siège des bijoux de la Couronne.

Avec l’arrivée du reigne d’Elizabeth la capitale commence à s’étendre exponentiellement. De 1565 à 1605 les habitants passent de 80.000 à 160.000 créant les bases de la métropole que nous conaissons aujourd’hui. En 1666 Londres fut colpitée par Great Fire, le plus grand incendie de son histore. Pendant cinq jours la ville brûle sans arrêt, rasant 15 des 26 quartiers qui la composait et détruisant aussi 13.000 maisons et 80 églises, y compris la Cathédrale St. Paul.

Etonnement la ville se prodigue pour la reconstruction, qui dure seulement 10 ans. Plus qu’une action guidée du gouvernement, il s’agit d’une initiative populaire. Les maisons sont reconstruites avec des briques et des tuiles qui remplacent le bois et la paille. Les appartements évoluent en hauteur et beaucoup de zones profitent d’êtres privées pour créer des terraces, zones de terre remplies avec les maisons très voisines entre elles afin d’augmenter la rentabilité.

Avec cette ferveur il est possible de mettre à jour un plan régulier, voilà pourquoi Londres conserve des rues et des ruelles qui datent du Moyen-Age, si ce n’est pas plus vieux encore.

Durant ces années fut réédifiée St.Paul et construit Buckingham Palace, construit à la base comme séjour d’été pour le duc de Buckingham Joh Sheffield, mais qui en 1837 devient, avec le château de Windsor, la résidence officielle de la famille royale, où il est possible de revisiter toute l’histoire de l’Angleterre.

Successivement la ville grandit de façon démesurée grâce aux nouvelles ouvertures commerciales avec l’Inde et avec les Amériques du XVIII siècle qui attirent les marchés du monde entier, et avec la révolution industrielle cent ans plus tard, qui attira les travailleurs de toute l’île. Au début de 1900 celle qui était une fois appellée Londinum est la ville industrielle plus active au monde avec en plus 6 millions d’habitants.

Aujourd’hui Londres est connue de tous comme une métropole globale où l’on peut se sentir au centre du monde. Entre ses rues on peut voir les signes tangibles d’une histoire millénaire et en même temps savourerles futures modes, dans un melting pot unique de personnes et de lieux qui sait transmettre beaucoup plus qu’on ne peut en découvrir en une vie entière. Ce n’est pas pour rien que déjà en 1700 Samuel Johnson écritvit ‘You find no man, at all intellectual, who is willing to leave London. No, Sir, when a man is tired of London, he is tired of life; for there is in London all that life can afford. »